On profite de ce début de semaine pour un petit coup de projecteur (oui parce qu’on aime bien en faire en ce moment) sur une toute jeune marque d’un nos rédacteurs sur Urbs, Walek. En plus comme le soleil est revenu, c’est l’heure de ressortir progressivement les t-shirts.

Née dans le gris urbain de Paname, Paaneleir a commencé à germer dans le cerveau de ses deux créateurs (Mehdi et Walek) en 2011. Ils ont réussi le brillant pari de mélanger diverses influences: des graphismes streets et une mode décomplexée « alliant la shlaguerie à la bourgeoisie bohème ». Beaucoup de mots que vous ne connaissez pas, alors pour mieux comprendre l’esprit de la marque, commençons par le commencement.

Le shlag est une expression de l’argot désignant communément le « bolos », c’est-à-dire une personne peu soignée, négligée, pour qui le style est loin d’être son plus gros souci. Tout comme shlag, Paaneleir est une insulte directement imaginée par ces deux compères pour désigner tous les bobos écolos, les gays… insulte bien sûr à prendre au second degré et qui était utilisée avant tout entre potes.

Fricotant avec une liberté désinvolte, la marque, tout comme son logo, est une caricature de ses fondateurs qui se foutent des autres comme d’eux-mêmes. Côté mode, la marque prend essence dans la rue et dans les tendances parisiennes. Quant au graphisme, il trouve ses racines dans l’art, la culture hip hop, les rappeurs, le quotidien des quartiers

C’est ça qu’on apprécie dans cette marque, c’est son sens du « je m’en foutisme » tout en gardant un goût artistique et tape à l’œil. D’ailleurs Hi Panda les a déjà repérés puisqu’ils sont en vente depuis début février dans leur store.

La collection été 2012 cherchera à se diversifier (bonnet, pulls, casquettes…) tout en gardant l’esprit Paaneleir et la cohérence des idées qui vont avec. La boutique sera mise en place bientôt, en attendant, vous pouvez vous rincer l’œil du côté de la collection

Crédit photo : Delpierre Tiphaine et Bernard Mélissa