On démarre très fort les interviews avec un artiste toulousain qui va faire du bruit à Montpellier bientôt…. Tilt m’a accordé quelques questions à l’occasion de sa prochaine exposition à la Gallery Montana! Intitulée ABC, elle se déroule du 15 avril au 18 juin 2011, 11 rue d’Alger à Montpellier.

Walek: Tilt, à part certains ignares, tout le monde te connait dans le graff, comment expliques-tu cela?
Tilt: Surement parce que j’ai bien fait mes devoirs depuis 22 ans, et je suis sûr qu’il y a aussi certains abrutis qui ne me connaissent pas… C’est sans doutes mieux comme ça.

W: Tu exposes à MTP, que penses-tu de la scène artistique locale? (Jonnystyle, Smole, Set&Match, TieRi…)
T: Malheureusement mon vieil âge fait que je connais plus les Dech, Kato, Di Rosa, Sade… de l’ancienne époque mais je sais que Montpellier a toujours été une ville où les choses se passent et les machins sont lourds… D’ailleurs en parlant de lourd, tu as oublié Mist dans ta liste d’artistes locaux. C’est un jeune qui débute à peine mais qui a l’air très prometteur… Sinon c’est vrai que j’aime le travail de Smole car il est très proche de la lettre, du vrai Graffiti et on sent bien l’obsession dans sa peinture.

W: Pourquoi faut-il absolument venir voir ton expo selon toi?
T: Parce que c’est plus facile que d’aller voir l’expo « Art in the streets » au Moca de Los Angeles…

W: Tu as vécu aux Etats-Unis, le milieu artistique est-il vraiment différent d’en France? Quels enseignements en as-tu tiré?
T: J’ai pas trop fréquenté le milieu artistique là-bas. J’y suis plus allé pour trouver une nouvelle direction à ma peinture. Je me suis donc enfermé dans mon atelier de Brooklyn et j’ai pas mal bossé, cherché, peint et réfléchi. Les artistes avec qui j’ai collaboré sont plus les Cope2, Ink76, Sonic002 et la scène purement graffiti, old school que le milieu street art que je n’affectionne pas plus que ça…

W: Y a-t-il des artistes avec qui tu rêverais de collaborer?
T: Gia Paloma, David Linch, Mark Gonzales, Ray Barbee, Araki et le roi… jeune PD.

W: De Toulouse, on te connait bien mais ça parle aussi beaucoup de Dran, que penses-tu de son travail?
T: On est dans le même atelier depuis presque un an. Je trouvais qu’il avait pas mal de talent mais depuis qu’il a fait un portrait de moi en string rose, je trouve son travail un peu pourri. En plus il a toujours des pantacourts et il mange du pâté frelaté!

W: Merci beaucoup!
T: Piss, Love and GraffiTilt…

A bientôt pour de nouvelles entrevues!

Crédit Photo: Vincent Sarda et Benjamin Roudet