La canicule déploie sa chaleur sur le territoire français, vous êtes confiné chez vous, un verre d’eau fraîche à la main, le ventilateur en marche… Voici la septième édition de la playlist de la semaine qui apportera un vent d’air frais et de quoi s’occuper avec une chaleur pareille. Envie de bouger ? De vous relaxer ? Voici Beirut, Foreign Beggars et Noisia, Norman Palm, The Shoes, et Wiley qui sauront quoi faire. Et en plus, dorénavant, vous pouvez écouter nos sélections depuis la première édition sur Spotify !

Sinh : Beirut – East Harlem
Après le carton indé que fut « Nantes » et l’EP « Holland » qui remonte déjà à 2009, le petit prodige qu’est Zach Condon et ses acolytes reviennent pour une pop entraînante avec toujours autant de cuivres, et encore plus de charme !

Walek: Foreign Beggars et Noisia – Shellshock
Je reste dans le hip-hop et le dubstep, une association qui a fait ses preuves entre le groupe de rap londonien et les experts hollandais de drum’n’bass, notamment à partir du morceau « Contact » . Ce dernier son permet de faire la promotion du dernier EP réunissant ces artistes, sorti il y a peu!

Beni : Wiley – Numbers in Action
Le retour de Wiley sur le label indé Big Dada après quelques pérégrinations mainstream aura finalement conduit a la sortie le 20 juin dernier de « 100% Publishing ». Si ce son Grime aux légères influences minimales et à la moral honteusement nantie est lourdement efficace, certains prétendront que les 12 autres morceaux de l’album sont en reste…Damned !

Ary: The Shoes – Wastin’ Time
Relax, relax… Voici le clip tant attendu de Wastin’ Time, excellent morceau zen de The Shoes, ce duo français électro pop qui fait tant de bien aux oreilles et à l’âme. Plongée dans un état de bien être total, j’aurai bien voulu vous dire de fermer les yeux pour se laisser aller par cette douce mélodie électronique et cette voix berçante, mais le clip culmine aussi en relaxation, avec les rayons du soleil sur le visage et les quelques herbes sur vos jambes…

Matt: Norman Palm – Start/Stop
Je quitte les bancs oldschool de Nas pour m’arrêter chez un artiste beaucoup moins connu et totalement différent, un chanteur et compositeur berlinois sous le nom de Norman Palm. Norman a fait son petit chemin tranquillement, jusqu’à atteindre la célébrité sur la toile, avec quelques superbes reprises comme Boys don’t cry. Avec deux albums au compteur dont un qui est sorti en février dernier, minimaliste et poétique, je viens de le découvrir, et j’ai pensé que vous auriez aimé aussi connaître ce nom…