histoiredunmur

Coup de cœur pour cette initiative originale qu’on a remarquée dans le dernier Graffiti Art Magazine. Toute la réflexion se déroule autour du mur. Enfin, de ce mur. C’est quelque chose que l’on voit tous les jours, un mot banal qu’on emploie sans réelle signification. Pourtant, il nous entoure au quotidien. Pour certains, il les étouffe, pour d’autres il les protège…

Immobile, imposant et rassurant, un mur ne sait pas rester vierge. Affiché, taggé, sali, ravalé, peint, décoré, graffé, repeint et encore graffé… Inévitablement le mur s’expose. Il suscite les regards, capable de provoquer simultanément aversion et engouement, mépris et contemplation, antipathie et affection.

histoiredunmur2

Derrière ce beau projet se cache Pick Up Prod, association qui officie depuis 1999 dans la ville de Nantes pour la promotion de la culture hip hop à travers des événements et des projets culturels. Dans une démarche d’échanges et de rencontres, et dans le cadre de Voyage à Nantes, un grand mur a été mis en place dans le centre ville. Chaque vendredi à 18h, le public est invité à découvrir une nouvelle œuvre des graffeurs invités en musique. Au total, neuf « actes » de juin à août se succèdent sur ce mur éphémère, avec entre autres Lek, Sowat, Tilt, Seth, Alexone ou Bom K. Chaque acte est filmé par un réalisateur différent, Charlie Mars et Sébastien Marqué ont ouvert le bal pour les deux premiers épisodes.

histoiredunmur3

Pour l’instant, le mur a connu ses deux premières tranches de vie avec Lek, Sowat et l’Outsider, puis les trois toulousains Tilt, Kool T et Tober. Les premiers ont choisi de travailler sur une superposition des couches en s’appuyant sur le jeu de mots « Nantes la Jolie », quant aux seconds, c’est l’histoire du graffiti « vandale » qu’ils ont décidée de représenter à base d’overdose de tags et de flops. On retrouve dans les deux pièces l’idée de la vie accélérée d’un mur, graffé, puis repeint, puis re-graffé… Et les graffeurs se sont même pris au jeu en commençant au dos du mur un cadavre exquis. Une belle façon d’amener le graff à la rencontre de publics différents tout en préservant son esprit éphémère !

Source
Photos: David Gallard