La scène street art latino est une des scènes les plus foisonnantes du monde et l’une des plus culturellement intéressantes (en témoignent par exemple les rues de Valparaiso). Les différents voyages de Julien Malland (Seth) dans les pays latinos à la rencontre des artistes et graffeurs locaux sont particulièrement riches en apprentissage: la place de mayas dans les racines du graffiti, l’importance des symboles, le rôle politique, les techniques locales, l’impressionnante habilité au pinceau…

C’est pour eux un moyen de donner quelques couleurs à un quotidien bien trop morbide et précaire tout en sensibilisant la population aux problèmes qui l’entourent. D’ailleurs, contrairement en Europe ou en Amérique du Nord, la police est plus occupée à courir après les gangs apportant la mort qu’à chasser les graffeurs apportant couleurs et vie… Le mélange entre cette culture urbaine et la culture locale a toujours apporté une touche originale au graffiti latino, comme on peut le voir avec le muralisme mexicain ou les pixadors brésiliens. Inti, Os Gemeos, Stinkfish… certains sont maintenant reconnus à l’échelle internationale.

La rencontre internationale Street of Styles 2012 permet de célébrer cette richesse artistique en rassemblant 200 graffeurs de huit pays latinos et européens: Argentine, Brésil, Colombie, Paraguay, Vénézuela Allemagne, Angleterre et Suisse. Sept cents mètres de murs ont été mis à dispositions des graffeurs à Curibita, la ville brésilienne la plus moderne classée 3ème dans le top des villes les plus « sages » du monde (bon taux d’éducation, dynamisme économique, écologique…).

DJing, breakdance, graff… Le must urbain était là pour animer cette journée du 9 avril où l’ambiance, le talent et le public étaient au rendez-vous. Les graffeurs en ont profité pour peindre des énormes pièces que vous pourrez admirer dans la vidéo… Plus de photos par ici !

Source 1 2 3