Parce que ça manquait un peu, aujourd’hui on vous propose une escale dans le monde tumultueux du rollerblading. Parce que dans tout sport où le niveau de testostérone est un peu trop majoritaire, il y a toujours quelques accrochages qui ont le don de faire trembler tous les fans et groupies mâles sur les réseaux sociaux.

Au-delà de la petite histoire qu’on va vous raconter quelques lignes en dessous, c’est l’occasion aussi de revenir sur le sulfureux David Sizemore et le talentueux français Julien Cudot. David c’était le jeunot il y a quelques années qui était ridiculisé à cause de son casque, son pantalon orange et ses t-shirts délavés (qui sont d’ailleurs restés dans sa panoplie). Très vite, notre cher Sizemore est devenu un rollerblader phare et a rejoint la team TRS de la marque Rollerblade (rien que ça).

L’histoire de David est particulièrement intéressante car elle pointe du doigt l’importance de la culture dans les sports comme le BMX, le skate ou le roller qui impose souvent un « style » pour paraître « cool«  et « bon » (style autant dans les vêtements que dans la façon de rider). Il y a à peine un an, David portait le casque et était sujet à des moqueries, alors qu’il s’agissait juste de s’assurer une certaine sécurité. Ainsi, aussi bon qu’il pouvait l’être, ses pairs ne voulaient pas le ranger dans la même catégorie que les Broskow ou les Stockwell. Chacun a son avis personnel sur la question, mais David a pris sa revanche depuis puisqu’il a été propulsé au rang des meilleurs rollerbladers du moment, le jeune « Luke Skywalker ». Il a donné une belle leçon au monde du roller en persistant dans ses efforts et en faisant face aux critiques. En témoigne d’ailleurs sur ce sujet son compagnon depuis toujours, Robert Guerrero (notre maître Yoda à tous).

Au delà des talents audiovisuels mais aussi musicaux de David (décidément), passons maintenant à notre frenchy. Jeune prodige du roller français tout comme son homologue américain, Julien Cudot est âgé aujourd’hui de 19 ans. C’est marrant parce qu’on retrouve des traces sur Internet de ses débuts à l’âge d’à peine 14 ans… Deuxième du classement mondial des World Rolling Series, il fait partie de la team de The Conference et défraye visiblement la chronique aujourd’hui.

En effet, puisqu’on parle des World Rolling Series, transition toute trouvée, l’édition 2012 s’est déroulée il y a quelques semaines et a défrayé les réseaux sociaux, le genre de polémique qui arrive tous les cinq ans. Il s’agissait de voter pour la meilleure vidéo d’une dizaine de rollerbladers. Bien évidemment, Julien et David se sont confrontés au premier round, et Julien a gagné… les fans de David criant à l’injustice la plus totale et à la tricherie (proxy, fausses adresses IP, hackers, 50 votes en 5 minutes…). Vous pouvez bien sûr aller observer sociologiquement ces espèces sur la page facebook des WRS. Ici, une enquête journalistique américaine sur le terrain avec preuves à l’appui. A laquelle on ajouterait bien notre preuve française d’un screen des amis de Julien qui trollaient sur le fait d’aller dans des cyber-cafés, de changer les IP ou de voter avec les tablettes et portables. A vous de creuser, nous on veut pas prendre part à la polémique, non, non…

(Source: Blade Or Die)

Bien évidemment, la polémique a dérivé sur l’affrontement entre les « Américains » et les « Français » en général (comme par hasard). Je cite « I don’t want to go that far because the French did give us the Statue of Liberty and many things since then, but fuck it… ». Tout ça pour dire que nous on s’est bien marré, et pour une fois qu’on pointe du doigt certains comportements qui malheureusement ternissent ce monde fermé des CU… Sur ce, on arrête de vous ennuyer avec ces petites histoires et place directement aux deux vidéos, qui malgré la polémique, nous offrent du spectacle comme on aime !

Sources 1 2